Divorce

Avocat à Abbeville

Maître François Régnier, avocat spécialisé en droit de la famille à Abbeville peut vous accompagner et vous conseiller dans les procédures de divorce : consentement mutuel, divorce pour faute, divorce pour rupture de la vie commune.

En parallèle du classique divorce pour faute, du divorce pour acceptation du principe de la rupture, et pour altération du lien conjugal, existe, depuis le 1er janvier 2017, une nouvelle procédure de divorce par consentement mutuel, dans le cadre de laquelle les époux qui souhaitent divorcer, à l’amiable, n’ont plus à se présenter devant le Juge aux Affaires Familiales.

Divorce par consentement mutuel

Ce sont, désormais, en définitive, les avocats respectifs des époux qui négocient des requêtes et conventions de divorce par consentement mutuel, les présentent à chacun de leurs clients, qui disposent d’un délai de réflexion de quinze jours, avant de s’engager dans la démarche.

Après obtention de l’accord des deux époux, ces documents seront ensuite déposés au rang des minutes d’un notaire, choisi en commun.

La transcription, à l’état-civil, du divorce, continue à être effectuée par les avocats.

Comme auparavant, c’est l’accord écrit de chaque époux qui formalise la rencontre de leurs volontés quant aux modalités du règlement complet des effets du divorce (fixation de la résidence habituelle des enfants, pension alimentaire, prestation compensatoire éventuelle, et conditions du partage, notamment).

Nouvelle procédure de divorce par consentement mutuel : les objectifs

Cette déjudiciarisation de la procédure de divorce a, certes, pour objectif de désengorger les juridictions de procédures non nécessairement conflictuelles, mais marque aussi la confiance du législateur dans l’expertise des avocats, notamment spécialisés, en cette matière.

C’est sur eux, et seulement sur eux, que repose, désormais, la charge de veiller à l’équilibre des conventions de divorce par consentement mutuel.

Divorce pour faute

Cette procédure, qui implique un premier passage des époux, devant le Juge aux Affaires Familiales, dans le cadre d’une tentative de conciliation à l’issue de laquelle une ordonnance (ordonnance de non-conciliation) organisant la séparation jusqu’au prononcé du divorce est rendue, implique la démonstration, par l’époux demandeur, de faits constituant une violation grave ou renouvelée des devoirs et obligations du mariage imputable à son conjoint, et rendant intolérable le maintien de la vie commune (article 242 du Code Civil).

Procédure de divorce pour faute

Ce type de procédure peut aboutir au prononcé du divorce aux torts exclusifs de l’un des époux, voire aux torts partagés, lorsque chacun d’entre eux aura contribué, par des agissements fautifs, à la séparation.

Cette procédure nécessite de recueillir les preuves des reproches formulés à l’égard du conjoint, ce qui entraîne souvent des débats plus longs, et un coût, supérieur, pour les parties.

La deuxième phase de la procédure de divorce, est engagée par le biais d’une assignation en divorce, dans laquelle sont reprises l’ensemble des prétentions formulées par l’époux demandeur, tant en ce qui concerne les enfants, les pensions alimentaires, le partage, et éventuellement la prestation compensatoire.

Ce n’est qu’une fois le jugement de divorce prononcé, et devenu définitif, que la transcription, à l’état-civil, pourra avoir lieu.

Divorce pour rupture de la vie commune et divorce pour principe de la rupture

Ces deux types de procédures obéissent au même schéma que la procédure de divorce pour faute (passage en conciliation, ordonnance de non-conciliation, assignation en divorce, jugement de divorce et transcription), sachant que la régularisation d’un procès-verbal d’acceptation du principe de la rupture (c'est-à-dire un document signé par chacun des époux, assisté d’un avocat), peut intervenir, soit, généralement, au stade de la tentative de conciliation, soit en cours de procédure.

La régularisation de ce document clos toute discussion sur les motifs du divorce ; des époux qui ne s’entendent plus pour diverses raisons pouvant, au moins, être d’accord sur la nécessité, ou le caractère inéluctable de la séparation. 

En ce qui concerne le divorce pour rupture irrémédiable du lien conjugal, il permet d’obtenir, de manière « automatique » (c'est-à-dire sans que le conjoint puisse s’y opposer), dès lors qu’une séparation de fait, constituée par une absence de cohabitation et de collaboration entre époux, ayant duré plus de deux années, peut être établie la signification de l’assignation en divorce.

 


 

Actualités

Retrouvez l'article sur : http://www.courrier-picard.fr/109970/article/2018-05-15/abbeville-les-plus-gros-gagnants-etaient-les-organisateurs-du-loto

En savoir +

Le traitement fiscal de la prestation compensatoire en cas de divorce

Le traitement fiscal de la prestation compensatoire  La prestation compensatoire est destinée à compenser la différence de niveau de vie susceptible d’exister entre les époux, du fait du divorce....

En savoir +

Une nouvelle indemnisation en cas d'aggravation de vos préjudices

Les victimes ne le savent pas assez mais si leurs séquelles se sont aggravées après qu'elles aient obtenu une indemnisation qualifiée, à tort, de "définitive", elles peuvent sous condition...

En savoir +

L'indemnisation des victimes de la route en cas de faute de leur part

Les non-conducteurs Les non-conducteurs (passagers mais aussi piétons ou cyclistes, dont le statut est différent des motards puisque ces derniers conduisent un "véhicule terrestre à moteur") sont...

En savoir +

Conserver l'usage du nom de son mari après divorce

Conserver le nom de son mari après divorce : possible mais soumis à condition Le principe édicté de longue date est que l’épouse divorcée reprend normalement l’usage de son nom de...

En savoir +

DEPAKINE, LE SCANDALE (SUITE)

Création d'un comité d'indemnisation pour les vitimes de la Dépakine Un décret publié au Journal officiel le 7 mai 2017 met en place un collège d'experts chargé d'instruire les demandes...

En savoir +

Maître François REGNIER, avocat de victimes d'agression sexuelle à Abbeville et Amiens

Un jeune apprenti, victime d'agression sexuelle dans un restaurant d'Abbeville Un jeune apprenti, en stage dans un restaurant d'Abbeville a été victime d'agression sexuelle en mars 2017. Le Tribunal Correctionel d'Amiens...

En savoir +

Détermination de la responsabilité : Victime d'un accident de la route

Avocat des Victimes d'accident de la route Maître François Régnier avocat des victimes d'accident de la route, s'interroge sur la question de la responsabilité de l'hôpital d'Abbeville....

En savoir +

Dépakine, le scandale

Victimes d'accident médicale Mise en cause de la Dépakine : à l'origine d'un handicap Le livre d'une mère lanceuse d'alerte : Le témoignage de Marine MARTIN, mère de deux enfants nés...

En savoir +

Experts d’assurance ou pseudo associations de défense de victimes : attention danger !

Victime d'accident de la route : avocat pour demander des indemnisations Un arrêt rendu le 25 janvier 2017 par la Première Chambre Civile de la Cour de Cassation confirme qu’une victime d’accident de la...

En savoir +